Sur les épaules de Darwin : les battements du temps (J-C. Ameisen)

[yasr_overall_rating size= »medium »]

Le livre Sur les épaules de Darwin, les battements du temps a pris source dans l’émission éponyme animée par Jean-Claude Ameisen, le samedi matin sur France Inter. Il s’agit d’une rencontre de hasard, une de plus. Bloquée en voiture, la radio en vadrouille sur les ondes a fini par se stabiliser là, sur cette émission. Pour moi, ça a été une révélation : la voix d’Ameisen est hypnotique, sa diction ressemble à une mélopée. Honnêtement, je n’avais qu’un quart d’heure devant moi et j’avoue que je n’ai rien compris ou retenu de ce qu’il disait, mais je savais que je voulais réentendre tout cela. En enquêtant, j’ai su où et comment je pourrais reproduire le miracle. Mieux, en 2012 j’ai vu comment le prolonger : il avait couché ses mots par écrit. Leur lecture m’a permis de mieux m’en imprégner.

1/ Qui est Jean-Claude Ameisen ?

Né en 1951 d’un père ingénieur et d’une mère artiste-peintre, Jean-Claude Ameisen est un scientifique français, dont les compétences s’illustrent en immunologie et en biologie. Parallèlement à cela, il assure entre autres occupations, la direction du Centre d’études du vivant de l’Institut des humanités de Paris de l’université Paris Diderot et la présidence du Comité consultatif national d’éthique. Nous avons à faire à un scientifique poète et quel poète… Pour en savoir plus, je vous renvoie à son site officiel : http://lasculptureduvivant.fr/La_sculpture_du_vivant/CV.html.

Sa double casquette, scientifique et poétique, lui permet de nous exposer des concepts qui seraient totalement abscons en ce qui me concerne, s’ils n’étaient pas mis en tension avec d’autres domaines de réflexion, tels la philosophie, la littérature, l’art, l’Histoire, la sociologie… Dit comme cela, ça fait un peu « charabia », mais je vais tenter d’être plus explicite…

2/ Genèse de l’ouvrage et de la série « Sur les épaules de Darwin »

Jean-Claude Ameisen anime depuis 2010 l’émission « Sur les épaules de Darwin » sur France Inter. La série de livres du même nom est une compilation de ces émissions, dont voici les titres :

• Sur les épaules de Darwin : les battements du temps, 2012 (ISBN 979-1020900111)
• Sur les épaules de Darwin : Je t’offrirai des spectacles admirables, 2013 (ISBN 979-1020900661)
• Sur les épaules de Darwin : Retrouver l’aube, 2014. (ISBN 979-1020901606)

Personnellement, je les ai achetés/lus via l’application Kobo.

3/ Mon ressenti sur Les battements du temps

Déjà il s’agit d’un essais dense et déroutant. Le fil conducteur n’est pas évident à déceler, mais on se laisse bercer par son conteur, qui nous guide au travers des circonvolutions du temps et la manière dont notre cerveau traite cette donnée, tout en faisant des apartés étranges, qui ramènent inexorablement au coeur du sujet central : le temps.

Le temps, c’est aussi la mémoire (hop ! Neuroplasticité et sciences cognitives inside). Le souvenir, c’est la partie cachée que l’on reconstitue à partir de la partie visible (hop ! Archéologie/paléontologie inside). Et, ne me demandez pas pourquoi, d’un seul coup on exulte devant l’adaptation des mammifères aux températures de la terre (hop darwinisme inside), en poursuivant notre lecture. Mais c’est clair, nous voilà saucissonnés avec jubilation dans la Règle de Bergmann (pour en savoir plus, c’est ici), alors que nous étions initialement en Mésopotamie et que l’on parlait de tablettes d’argile révélant une comptabilité ! Bref, les anecdotes scientifiques se succèdent et émerveillent à chaque fois. Et c’est justement cette succession d’anecdotes concrètes et étonnantes, qui rendent le volume à la fois digeste et si plaisant. C’est de la vulgarisation pure et dure, mais alors quel régal !

Avec cet essais et les faits, les théories qu’il expose, on peut plonger en soi-même, soit en faisant des parallèles avec notre vécu personnel, soit en extrapolant ce que l’on entend. C’est donc une ouverture sur soi et sur le monde. Bien que le contenu puisse sembler très hétéroclite, ne nous y trompons pas : Jean-Claude Ameisen, par son pédigrée, ne s’amuse pas à balader ses lecteurs de ci-delà, au hasard des petites histoires qui émaillent ce livre. C’est un scientifique rigoureux, qui a forcément une intention en nous livrant ses mots. Je pense que son œuvre vise à réconcilier les sciences dites dures et… tout le reste. Il parle à notre raison, mais aussi et surtout à notre sensibilité.

5/ Un livre sans défaut, ça n’existe pas !

Oui… certes. Mon premier « grief », c’est qu’il est long à lire, mais comme je l’ai dit, je l’ai singulièrement allongé par mes digressions personnelles : introspections et projections à tout va.

Ensuite, j’ai comme une vague sensation qu’Ameisen nous « vend » ce qui l’émerveille et ce qui fait son monde : c’est-à-dire une actualité hyper récente et pointue de la science. Quelque part, j’ai envie de demander : et avant, en dehors du Darwinisme, tout n’était donc qu’âneries ou propos insipides ? J’aimerais bien qu’il nous éclaire sur les fausses routes de la science ou les routes abandonnées et reprises. J’ai besoin qu’il humanise la trajectoire scientifique, avec ses hasards, ses forces, ses faiblesses. Dans ses livres, j’ai parfois l’impression d’avoir à faire à un prophète qui « répand » sa bonne parole non pas scientifique, mais « sur la science » et ça me dérange un peu, la science élevée au rang de divinité. Je freine des quatre fers, mais sans savoir si c’est par esprit de contradiction ou par une méfiance avérée. Cela dit, mon ressenti peut tout à fait être à côté de la plaque, alors Jean-Claude, si tu me lis (on peut rêver, hein ?), pourrais-tu non pas te justifier, mais expliquer ce qui motive ton approche de la science ?

Cela dit, notez bien que ça ne m’a pas empêchée d’acheter les autres livres de la série Sur les épaules de Darwin, ni de continuer à suivre son auteur sur France Inter ou France Culture.

6/ Ecouter Jean-Claude Ameisen sur France Culture

Pour écouter les émissions, vous pouvez cliquer ici : « Sur les épaules de Darwin »

Voilà, fin du pavé ! Merci d’avoir eu la patience de lire jusqu’au bout… 🙂

3 Replies to “Sur les épaules de Darwin : les battements du temps (J-C. Ameisen)”

  1. Hello Anne
    Je ne savais pas que Jean-Claude Ameisen avait publié ces livres. Je l’écoute aussi parfois par hasard quand je suis en voiture, et je dois bien avouer que je suis assez « hypnotisée » par sa voix, et que je ne retiens qu’une partie de ce qu’il dit, mais c’est toujours passionnant.
    Je crois que l’expression vient de « des nains sur l’épaule des géants »que mon fils m’avait expliqué, en tant qu’étudiant scientifique : il faut s’appuyer sur les travaux des plus grands pour continuer les découvertes … Je voulais te joindre un lien, mais le copier coller ne fonctionne pas (désolée !)

    1. Bonjour Esther !

      Les livres ne sont ni plus ni moins qu’une compilations des émissions. Pour l’expression, c’est tout à fait ça : Ameisen fait allusion à cela dans un de ses livres (je ne sais plus lequel en revanche, car tout se mélange dans mon ciboulot ! ^^)

Laisser un commentaire :