Le parc animalier de Branféré : une ode à la nature et aux grands espaces

Durant mes (courtes) vacances, j’ai eu l’occasion de visiter le parc animalier et botanique de Branféré (Le Guerno – dpt 56), qui vise à présenter des animaux dans un lieu dédié à leur bien être. Certaines espèces sont au contact du public, d’autres pas… Ce parc complète le « Pôle Branféré », constitué également de l’école Nicolas Hulot. En avant pour un petit tour d’horizon !

Le concept

Provoquer par l’émerveillement, une prise de conscience, laquelle sera un préalable à la mise en place d’actions en faveur des écosystèmes.

Résolument tourné vers la pédagogie, ce parc fait en sorte de nous éblouir par le spectacle de la nature, sa richesse. Il sensibilise, au travers de panneaux explicatifs, sur la fragilité de ces trésors et enfin propose des actions à mettre en place pour sauvegarder ce patrimoine. Ces actions peuvent prendre la forme de dons à des associations, mais également la forme de travaux pratiques, par la fabrication d’espaces dédiés à la faune de nos propres jardins : des abris pour les insectes, les oiseaux, les crapauds, les hérissons, etc.

L’ensemble des infos dispensées prend soin de rappeler, que chaque espèce a son rôle à jouer dans l’équilibre global de son environnement et au-delà.

Le parc de Branféré en chiffres

40 hectares de superficie, où évoluent environs 120 espèces animales et je ne sais combien de variétés végétales (ça, c’est de la précision !). La vocation botanique du parc remonte au XVIIIè siècle. Certaines variétés introduites à cette époque, perdurent encore aujourd’hui. L’aménagement végétal est pensé pour être en adéquation avec l’espèce animale qui en profitera.

Vous pouvez en apprendre un peu plus en suivant ce lien : http://www.branfere.com/les-especes-vegetales-2-263.html

L’intérêt d’un tel parc ?

Il est multiple : la découverte, la sérénité, la pédagogie, l’étonnement, l’émotion. C’est une sortie de choix pour les enfants, tant par la qualité de l’information qui y est dispensée, que par ses espaces ludiques (le parcabout) ou la proximité avec certaines espèces animales.

Des déceptions ?

Pas de déception véritable. Comme tous les parcs animaliers, il devient invivable lorsque le public se mue en une cohue dense, énervée par les enfants et la chaleur. La magie se brise un peu, mais le parc n’y est pour rien. En revanche, le prix d’entrée peut créer un frein, surtout si l’on y vient en famille nombreuse.

4 réponses à “Le parc animalier de Branféré : une ode à la nature et aux grands espaces”

  1. Merci du compliment, Bernie. Pour les parcs, je préfère aussi voir les animaux en pleine nature, mais vu le monde qu'on leur fabrique, je crains que les parcs animaliers ne soient bientôt les dernières Arche de Noé où on pourra les côtoyer. Celui de Branféré est un modèle à suivre, à mon humble avis.

Laisser un commentaire :