Le portrait : premiers essais

Versatile de nature, je savais qu’un jour ou l’autre je tenterai d’explorer le portrait en photo. Mon tempérament ne se prête pourtant pas à ce type d’échanges, mais je me suis fait violence et je vous présente les premiers résultats de nos tâtonnements. J’en profite pour remercier chaleureusement Gaya, qui a bien voulu essuyer les plâtres en ma compagnie.

Le matériel photo

Il ne va pas vous surprendre :

  • mon Pentax K30 (oui, j’avoue je n’ai que lui pour travailler),
  • mon 50mm Ricoh,
  • mon flash Yongnuo YN560 IV, avec un diffuseur
  • Lightroom

Les conditions de prises de vue :

  • Une photographe amateur complètement paumée.
  • Un modèle, Gaya, qui n’a jamais posé et qui supportera avec beaucoup de patience mes tâtonnements (avec l’accent circonflexe svp).

Bon assez de blabla, voilà les premiers résultats de ces portraits dont certains sont en couleurs et d’autres, en noir et blanc.

 

 

 

8 Replies to “Le portrait : premiers essais”

  1. je ne suis pas encore confrontée au portrait, en tout cas pas posé, et je trouve que c’est un exercice très difficile… au-delà de la gestion de la lumière, c’est vraiment important de faire passer quelque chose de la personne … et comme tu dis il faut une grande confiance… réciproque ! j’aime les portraits que tu as fait en couleur, avec des teintes rosées, car ils retranscrivent une certaine douceur qui semble caractériser ton modèle. Le gros plan sur ses superbes yeux bleus est très réussi.
    As-tu utilisé la lumière naturelle d’une fenêtre ?
    Bravo en tout cas de t’être lancée, et au modèle d’avoir bien voulu accepté la mise en lumière sur ton blog…

    1. Effectivement, Gaya est une personne douce et calme. J’ai tout de suite aimé son tempérament et ses couleurs froides. Pour essayer d’uniformiser la lumière, de mettre en valeur sa carnation pâle, sans créer d’ombres disgracieuses sur son visage, j’ai utilisé la lumière naturelle d’une fenêtre sur un côté, un réflecteur argenté de l’autre côté et un flash dirigé sur un plafond qui vient d’être repeint en blanc. Je m’étais entraînée avec la tête à coiffer de ma fille, quelques jours avant. 🙂

  2. Bonjour,
    Je ne parlerai pas de technique, je suis nulle !
    Mais ce qui me fait sourire, c’est qu’on évoque souvent la complicité entre le modèle et le photographe, la mise en confiance du modèle, mais jamais le fait que le (ou la) photographe puisse également avoir des « blocages » à surmonter !!
    Vive les modèles compréhensifs ! 😉 (c’est « du vécu » pour moi aussi ! 🙂 )

    1. C’est clair ! Je croise les doigts pour tomber sur des personnes toujours aussi agréables et compréhensives devant mes « patouillages ». Merci d’être passée, Marion.

Laisser un commentaire :