Le Serpent d’océan à Saint-Brévin-les-Pins

Depuis que j’en avais vu de superbes photos en pose longue, je rêvais de l’approcher. Qui ça ? Le Serpent d’Océan : une immense sculpture que nous devons à l’artiste chinois Huang Yong Ping et qui se trouve à Saint-Brévin-Les-Pins, en Loire-Atlantique (44).

Le serpent d’océan : première déception

Le serpent est colossal. Magnifique. Et je sens que je ne suis pas partie pour lui rendre justice : nous sommes à marée basse et la plage laisse apparaître des amas disgracieux d’algues. Je me rends compte aussi, que les images vues sur le net ne sont pas très représentatives de la réalité : il y a beaucoup de bâtiments dans le fond. Lorsque je proposerai cette photo, sur le forum où je fais mes armes en la matière, ces deux remarques jailliront tout de suite. Et puis, pour finir, je ne trouve pas un angle qui le mette en valeur, sauf depuis le petit promontoire qui le domine.

Au-delà de la déception

Puisque je ne suis pas partie pour faire une photo qui me fera plaisir, j’en prends mon parti. Je vais donc profiter de cette oeuvre incroyable, dans un site tout aussi incroyable, sans me focaliser sur ce qui devra en rester. Je prends le temps de le toucher, d’en faire le tour, de marcher sous son ventre avec une drôle de sensation d’irréalité. Des poncifs jaillissent de mon enfance et de moins loin : le Loch Ness, Indiana Jones et sa trouille maladive des serpents, un roman de Clive Cussler qui parle d’un tel serpent. Mais je ne vais pas me mentir, je ronge mon frein sur mon « petit rêve photographique » qui s’écroule. Que peut-on faire dans ces cas-là ? Comme pour Nantes : y retourner pour profiter de meilleures conditions ! Sûrement l’année prochaine.

L’oeuvre de Huang Yong Ping en elle-même

Inaugurée le 20 juin 2012, elle se situe très exactement à la pointe de Mindin. Devant elle, on se trouve confronté à un paradoxe : l’hyper-réalisme d’un squelette d’animal purement imaginaire… ou disparu ? Le site officiel du serpent d’océan nous donne quelques pistes de lectures, sur cette statue :
  •  l’hybridation des cultures ;
  •  la fragilité de notre environnement, soumis à nos besoins.
Ce serpent servira d’accueil à toute la faune marine, qui se fixera sur lui. C’est l’émergence de nouveaux équilibres : ceux propres au monde des épaves.
D’autres oeuvres de Huang Yong Ping sont visibles sur sa galerie en ligne : galerie. En attendant, je vous laisse avec ces quelques photos prises à Saint-Brevin-Les-Pins : vous pouvez les agrandir en cliquant dessus.

4 Replies to “Le Serpent d’océan à Saint-Brévin-les-Pins”

  1. Tu résumes bien la problématique du photographe, il y a le sujet, le contexte et les conditions.
    Très rare de réunir les 3, le post-traitement est une aide mais la prise de vue reste la pierre angulaire pour moi.
    D'autres rêves photographiques viendront.

Laisser un commentaire :