Something blue and… violet ! (encore un mariage !)

Je n’avais pas assisté à un mariage depuis 11 ans et cette année coup sur coup, j’en ai eu deux (l’autre se trouve ici) ! Une aubaine pour expérimenter de nouveaux types de photos, de traitement, etc. Cette fois-ci,  le mariage se passait dans le nord, en Picardie. 

Il nous a promenés entre la Chine, la cuisine du Sud-Ouest et une playlist musicale de rêve.


Violet et bleu

Je n’ai pas eu l’occasion de demander aux mariés ce que signifiaient ces couleurs pour eux. Tout ce que je sais, c’est qu’à chaque fois que je vois Madame L., elle porte une touche de violet ou de mauve, qui déborde jusque sur ses appareils high-tech. J’en ai conclu que le bleu était le choix de Monsieur L ! Le mélange était à la fois harmonieux et dynamique. Notez le flacon, qui porte le prénom « Dimitry » : il a remplacé les traditionnelles dragées et contenait une pousse de bambou, en guise de porte-bonheur. C’est une idée durable et vivante, que je trouve excellente.


La cérémonie du thé en rouge et or

Avant de devenir bleu et violet, le mariage a commencé dans le rouge et l’or : en effet, Madame L. étant d’origine chinoise, les deux époux se sont prêtés avec grâce à ses traditions familiales venues de si loin. Je n’étais pas suffisamment proche de la cérémonie pour prendre des photos… De toutes façons, mon appareil est si bruyant que je n’ose pas interrompre les moments solennels. J’ai donc baguenaudé de-ci delà, pour m’attarder sur certains détails.


Le sépia et le noir & blanc

Le mariage, ou du moins les rites nuptiaux, existent depuis l’antiquité, avec leurs symboles : l’engagement moral, matériel, le consentement des familles, la main omniprésente, que l’on donne, à laquelle on glisse un anneau ou que l’on entoure d’un ruban… Tout cela pour en arriver à ce point : le rite nuptial est intemporel. L’histoire de la photographie est insignifiante au regard de celle de l’humanité, néanmoins le côté intemporel, figé, je le retrouve un peu dans le monochrome. Voilà le pourquoi de ces quelques photos.


Toujours de la couleur, avec RedLine

Les mariés, mélomanes par famille et par amitié, ont mis la musique au centre de leur réception. Déjà en chantant beaucoup eux-mêmes lors de leur union (dont le maître de cérémonie était Monsieur Mon Homme Himself ), mais également en invitant les familles à le faire. Nous avons eu de belles prestations vocales de la part du frère du marié, accompagné d’un trio quasi improvisé aux percussions.

Pour parfaire le tout, un groupe professionnel était là pour un concert de qualité : ils se nomment RedLine et vous pouvez régulièrement les voir en concert sur la péniche du Boucanier, à Poissy. Pour en savoir plus et entendre un échantillon de ce qu’ils font, je vous recommande leur site (clique ici) ou leur page Facebook (clique là).

Redline Soul Groove
RedLine est un groupe de musique soul & groove qui a eu le grand privilège de faire la première partie d’un concert de Macéo Parker. Cette petite précision pour situer leur niveau musical, lequel est largement à la hauteur de la chaleur et de la sympathie qu’ils dégagent sur scène (et en dehors !).

Bon, vous l’aurez remarqué, ma photo de RedLine n’est pas en couleur : la faute à un méchant (et violent) éclairage violet, qui était vraiment trop laid sur le cou du choriste et du bassiste.

Le côté « technique » des photos…

Je radote tellement que j’en ai honte… Mais je m’y recolle : Pentax K30 – Tamron 90mm macro + Tamron 17-50mm – Lightroom pour le traitement des raw. Et pour finir, une photo prise avec mon smartphone :

Merci.

Une photo publiée par Photos & Lubies (@photoslubies) le

4 Replies to “Something blue and… violet ! (encore un mariage !)”

  1. Petits détails très élégants, comme toujours. Une belle harmonie pour les couleurs et bonne idée ce traitement noir et blanc juste un poil sépia. Cadrages réussis pour éviter les visages…
    Une « tranche de vie » qui pourrait bien aller dans le groupe « série limitée »

    1. Merci Manu ! Comme je m’interdis les visages sur mon blog (sauf les personnes qui ont besoin de cette diffusion), cela m’oblige à louvoyer avec les circonstances et développe sans doute une forme de créativité. 🙂

Laisser un commentaire :