Le musée de la Piscine et le Panasonic GF7 en action dans la pénombre

J’ai dû, pour passer mes examens de licence, me rendre à Lille pour une semaine. J’en ai profité pour faire un petit détour par Roubaix et me rendre au musée d’art et d’industrie André Diligent. Histoire de vous faire un petit topo du lieu, sachez que ce musée est une piscine des années 30 reconvertie, avec succès, en musée. Le bâtiment comprend deux belles verrières en demi-cercle, simulant un soleil levant. Quand la lumière passe au travers et vient s’arrêter sur les sculptures qui bordent le bassin, autant dire qu’on en prend plein les yeux. Je vous parlerai ultérieurement (dans un autre article) de ce lieu bien loin du stéréotype du musée poussiéreux.

Le musée André Diligent à Roubaix : premières impressions

Que Roubaix était désert, ce jour-là, au sortir du métro ! Pourtant le temps était magnifique. Un peu interloquée par cette absence de promeneurs, je me suis dirigée vers « La Piscine« , très bien indiquée par des panneaux le long du (court) trajet. De l’extérieur, j’ai été un peu déçue : les œuvres exposées dans le jardin étaient un tantinet abimées. Peu importe… Je voulais absolument voir le bassin. L’accueil fût charmant et permettait d’accéder tout de suite au saint des saints : le bassin (marrante cette phrase !). Bref, une lumière magique et des sculptures venaient encadrer cette eau recueillant tous les reflets du soleil, jetés par les verrières.

Beaucoup d’ombre et de la lumière judicieusement placée, pour tester les capacités du GF7

Par habitude des performances pas terribles de mon Pentax K30 en intérieur/obscurité, je m’attendais à avoir une moisson de photos plutôt maigres. Que nenni ! Le GF7 a montré de quoi il était capable, à main levée. Je l’ai utilisé aussi bien avec le zoom Vario d’origine, qu’avec le 60mm Sigma Art f/2.8. J’ai aimé isoler certains détails sur les œuvres, notamment les visages, lorsqu’il s’agissait de figures humaines. Il m’en faut peut-être peu, mais les performance de l’appareil photo m’ont bluffée. Quel plaisir pour le post-traitement après… En parlant de traitement, comme d’habitude Lightroom 5, Silver Effex Pro.

D’autres articles suivront, car j’ai plus de 1000 photos à « décortiquer »… Je vous laisse avec ces quelques sculptures qui ont attiré mon regard.

 

 

Pour en savoir plus sur le Musée d’art et d’industrie André Diligent de Roubaix, cliquez ici : La Piscine.

Un commentaire sur “Le musée de la Piscine et le Panasonic GF7 en action dans la pénombre

  1. Magnifique ! Je comprends que tu aies eu envie de capter la lumière dans ce lieu extraordinaire. Les expressions des statues sont sublimées, tu as parfaitement joué avec l’éclairage… le visage de la nymphe, quelle beauté !

    View Comment

Laisser un commentaire :