Le Panasonic Lumix GF7 : l’appareil photo du quotidien

Entre des week-ends de septembre surchargés (3 rentrées à gérer + des travaux dans la maison + 2 anniversaires !) et le poids de mon Pentax K30, j’avoue avoir laissé de côté la photo. Mais ça devrait redémarrer avec l’arrivée d’un petit nouveau dans ma besace : le Panasonic Lumix GF7.

Pourquoi le Panasonic GF7 ?

Oui, pourquoi alors qu’il est si décrié sur le net (dans les forums) et peu pris au sérieux dans les tests, en raison de son positionnement « grand public » et appareil à « selfies » ? J’avais pu admirer les photos d’Anne-Laure  Jacquart sur son site, où elle parlait du Panasonic GM1 (http://annelaurejacquart.com/lumix-gm1-hybride-review/). La qualité était au rendez-vous, la taille miniature aussi. Certes, il manquait un viseur et un écran articulé… Chose que réunissait l’Olympus OMD-EM10 Mark II, mais à un budget supérieur au mien et une taille légèrement supérieure à mes critères. J’ai quand même essayé sa visée électronique et cela ne m’a pas plu du tout : on dirait une caméra de surveillance. Ce n’est pas propre à l’Olympus, puisque j’ai constaté les mêmes choses sur d’autres hybrides. J’ai alors décidé que pour ce futur appareil, ce critère serait purement secondaire. En surfant, je suis tombée sur ce petit GF7, dont le capteur est le même que celui du GM1, mais qui en plus possède un écran tactile articulé (pas sur les côtés, mais passons…). De plus, tous les sites vantaient les qualités de l’optique avec laquelle il était livré d’origine. Compte tenu son prix, je n’avais aucune raison de ne pas céder à ses œillades assassines.

Ce que je pense du GF7, par rapport à mes critères de départ

Mes critères étaient les suivants :

  • Une réelle qualité photo (si, si, je vous assure)
  • Le silence total à la prise de vue
  • Une taille rikiki
  • Un prix rikiki aussi (ben oui…)
  • La possibilité de changer d’optiques
  • Un écran articulé et tactile
  • Un viseur

Pour la qualité photo, je ne peux pas vraiment me baser sur mes premiers essais : en effet, je laisse l’appareil tout gérer en automatique, le temps de m’habituer à ses proportions réduites. Avec mon Pentax, j’avais un boulevard sous les doigts… Là, j’ai tout simplement l’impression d’avoir les paluches de Shrek…

L’appareil est parfaitement silencieux et c’est un plaisir de l’utiliser en mode furtif, surtout avec l’écran à l’horizontal : ça me rappelle l’époque argentique où j’utilisais un Lubitel (mode Nostalgie on…)

Pour la taille et le prix, je peux les cocher sur ma check-list sans hésitation : 10 cm x 6 cm x 3cm, pour 419 €. Rien à redire.

Concernant les optiques, en attendant d’avoir le budget pour m’offrir le 20mm à f/1,7, j’ai pris une bague d’adaptation de Pentax K vers Micro 4/3 : mes quelques tentatives sont peu probantes pour l’instant. Ça reste à travailler (peut être sans résultats à la sortie).

L’écran tactile et articulé : un écran d’une belle qualité et relativement bien pensé au niveau des menus. Du moins c’est mon ressenti actuel, car je n’ai eu aucune difficulté à m’y adapter.

Le viseur, on n’en parle plus : j’en ai fait mon deuil !

Petit détail : le format Raw de cet appareil n’est pas compatible « d’origine » avec Lightroom 5. En effet, il s’agit d’un Raw.2, qu’il faut d’abord convertir via DNG Converter (cf. le site d’Adobe) avant de pouvoir les traiter sur LR. Ce n’est pas très contraignant.

Place aux premières photos en galerie…

Enregistrer

8 réponses à “Le Panasonic Lumix GF7 : l’appareil photo du quotidien”

  1. Bonjour, je viens d’acheter le petit gx800 de lumix. Je viens de voir que pour les fichiers raw tu utilises un convertisseur mais s’il converti en jpeg tu ne perds pas le bénéfice de pouvoir retoucher correctement la balances des blancs etc ? Car avec un jpeg c’est plus fermé normalement enfin c’est différent. J’ai l’habitude de shooter en raw et la je suis passée en jpeg car LR 5 mais je pense mettre à jour vers le 6. Bonne journée

    1. Bonjour Marion,

      Alors DNG Convertor convertit le format Raw2 de Panasonic, vers un format Raw, mais qui porte l’extension DNG. Pour faire rapide, l’extension DNG est un format Raw ouvert, créé par Adobe il y a plus de 10 ans.

      Donc je ne convertis pas du Raw2 vers le jpeg, mais bel et bien vers un format raw… ouvert !

      Cela dit, si tu fais la mise à jour vers LR6, je serai curieuse d’avoir ton retour sur la prise en charge des Raw2 Panasonic ! J’espère avoir pu te renseigner.

  2. Bonjour Anne-Marie
    Je viens de voir que tu parlais aussi de l’Olympus (mon E-M5 et l’EM-10 d’Anne se ressemblent beaucoup). Je ne connais pas ton petit appareil, mais l’essentiel, c’est en effet de pouvoir l’emmener partout. J’adore les prises de vues non prévues, et je balade aussi mon Oly partout. Il ne rentre pas dans une poche de veste, mais ne prend pas trop de place dans un sac de fille (dont il est très rare que je me sépare !)
    J’ai eu aussi du mal à passer du viseur du reflex à celui, électronique, de l’hybride. Cependant, même s’il n’est pas aussi agréable, je suis contente de l’avoir. Pour des photos plus « acrobatiques » (prise de vue à ras du sol ou en hauteur, ou en toute discrétion) l’écran articulé est parfait.

    En tout cas, pour un premier essai, c’est réussi. J’aime beaucoup les lignes du tram, et la surimpression dans le car.

    1. Bonjour Esther,

      Désolée, je n’avais pas vu ce commentaire ! Pour faire le lien, avec l’histoire du viseur électronique, je suis de très près le nouvel aps-c de Pentax (le KP) : c’est un reflex aux dimensions plus modestes que ses prédécesseurs (pas au moins d’être un hybride, mais il s’est bien délesté de quelques grammes), qui possède un viseur reflex, mais également électronique. Peut-être grâce à cette « double compétence, j’arriverai à apprivoiser ces viseurs électroniques. Je t’en parle, car je sais que tu as démarré avec un Pentax. 🙂

    1. Hello Sophie 🙂
      Non, j’avoue que je ne connaissais pas ce concours. Quand j’ai vu ton lien, je me suis inscrite, mais deux heures avant la fin. C’est pas gagné pour obtenir les votes du « public » ! ^^
      Mais merci beaucoup pour la découverte, car j’ai posté d’autres photos sur d’autres thèmes. 🙂

  3. Je n’ai pas eu l’occasion de prendre cet appareil photo en main, je ne le connais du tout. En hybride, j’ai un Olympus E-M10 et je le trouve très bien. Je n’ai pas eu de souci pour m’adapter au viseur électronique. Je préfère tout de même l’optique, mais avec l’électronique, ce qui est cool, c’est d’avoir plein d’informations dans le viseur directement, ou changer de format de prise de vue (carré par exemple) et voit le résultat dans le viseur, ou bien encore voir la profondeur de champ, c’est top !
    Par contre, j’ai été très étonnée de lire qu’il fallait convertir les RAW pour pouvoir les utiliser dans LR, ça parait super contraignant ….
    Merci pour le partage et le test en tout cas !

    1. Bonsoir Anne,
      J’aime aussi beaucoup l’OMD-EM10 pour plein d’autres raisons, mais je voulais vraiment un format qui me permette de glisser l’appareil photo dans une poche. Et là, en plus du viseur électronique, ça coinçait. Sans parler du budget. Je me régale avec tes photos et celles d’Esther en attendant.
      Pour le format raw non compatible avec LR, j’avoue avoir eu des sueurs froides sur le moment, mais dès que j’ai vu un « convertisseur » sur le site d’Adobe, j’ai respiré ! Merci pour ton passage. 🙂

Laisser un commentaire :